Fortifications de l'enceinte
« Bastion des Pays-Bas », « Clé de la République » et « Ville de fer », tels sont les surnoms de la ville forte de Maastricht. La ville est régulièrement envahie, et les constructions de défense requièrent des réparations et des améliorations constantes. Durant plusieurs siècles, une garnison permanente réside dans la ville, exerçant grande influence sur la vie de ses habitants. La situation profite aux fabricants d'uniformes et d'armes ainsi qu'aux restaurateurs et aux prostituées, mais le caractère militaire de la ville représente également un frein à son développement. Les routes vers l'arrière-pays sont sciemment laissées en mauvais état, et les travaux de fortification empêchent toute forme de croissance.



Première enceinte au 13ème siècle: le mur le long du Lang Grachtje
Il faut se rendre au Lang Grachtje pour se faire une idée de la première enceinte en pierre de la ville, qui date du 13ème siècle. Le mur en grès brun fait plusieurs mètres de haut, et est renforcé côté ville par des arcs-boutants portant des allèges. Des tours sont aussi intégrées aux murs, et des orifices provenant d'armes à feu y sont encore visibles.





La seconde enceinte au 14ème siècle: la Pater Vinktoren
Lorsque l'enceinte devient trop petite pour la ville en pleine croissance, la fortification est élargie peu de temps après à l'aide de petit granit de Namur. Des tours sont également ajoutées à cette muraille du 14ème siècle. Une de ces tours reçoit le nom du Père Vink, qui aurait trahi Maastricht auprès des Espagnols durant la guerre de quatre-vingt ans.






Les portes de la ville: le Helpoort
De toutes les portes de la ville, une seule a été conservée : le Helpoort. Celle-ci date de la première enceinte, et a survécu à la fièvre de démolissage du dix-neuvième siècle du fait qu' elle ne bloquait aucune route importante. Les autres portes ont été détruites.







Nieuwstad: les tours Haat en Nijd et les Cinq Têtes
Les tours de la Nieuwstad, un agrandissement de la ville datant du 16ème siècle, sont de forme et de constructions nouvelles. Cela est lié à l'arrivée du canon. Les diamètres des tours sont plus grands et celles-ci ne dépassent plus des murs comme le faisaient les anciennes tours. Elles sont consolidées par des murs épais en terre.





D'Artagnan au Aldenhofpark
Durant l'invasion de 1673, Charles de Batz de Castelmore, comte d'Artagnan et capitaine des mousquetaires du roi Louis XIV perd la vie suite à un tir bien visé, et ce près de l'Aldenhofpark. Les livres de l'écrivain français Alexandre Dumas ont immortalisé ce héros.







Bastion Waldeck et ses environs
Les constructions extérieures telles qu'on peut les observer au bastion Waldeck, sont la réponse au développement de tirs de plus en plus lourds. Elles sont détachées de l'enceinte et séparées les unes des autres, enterrées à demi et entourées de canaux profonds et d'épais murs de terre.







Fort Saint Pierre
Pour éviter que les attaquants ne tirent sur la ville depuis le Mont Saint Pierre, on construit le fort Saint Pierre. Les galeries de canons sont orientées de manière à pouvoir défendre la vallée de la Meuse et du Jeker. Les tours de garde situées au sommet datent de la seconde guerre mondiale.







La maquette au Centre Céramique
Les cartes planes des villes fortes fournissent trop peu d'informations stratégiques. C'est pourquoi à partir du 17ème siècle, 250 maquettes sont construites en France. La Maquette de Maastricht datant de 1752 se trouve dans la ville de Lille, et est une véritable œuvre d'art. Une copie se trouve au Centre Céramique de Maastricht.






Les fronts de Du Moulin : le bastion Holstein
Au 18ème siècle, l'ensemble des constructions extérieures est amélioré. Elles sont connues sous le nom de leur concepteur, les fronts de Du Moulin. Les différentes parties d'un bastion se couvrent l'une l'autre de tous les côtés du champ de bataille. Elles sont également connectées par des couloirs souterrains. Depuis le champ de bataille, elles sont quasiment invisibles, et attendent l'ennemi comme pour une embuscade.





Les nouveaux Bossche fronten et Fort Willem
Les fronts plus bas, tels qu'ici les Bossche Fronten, sont construits dans des zones faciles à inonder situées juste en-dehors de la ville. Le Fort Willem situé tout près doit protéger Maastricht des activités ennemies partant du sommet de Caberg.







La vie des soldats: la garde centrale
Au milieu du Vrijthof , au centre de la ville forte, est située la garde centrale, le poste de commande principal pour tous les bâtiments de garde à l'intérieur et autour de la ville. Ce type de bâtiments militaires sont nombreux dans la ville, et ne servent pas directement à la défense. La tête de l'armée avait besoin d'un lieu de travail, et les soldats d'un abri.